Cycle : Ateliers d’artistes en Italie, 15°-16° siècles (5)

Dans l’atelier de Raphaël. Ni modèle, ni copie mais un processus de fabrication

Par Laurent Abry, historien de l’art

D après Vasari, Raphaël aurait été initié dans l atelier de son père où il apprend les bases techniques de ce qui va devenir son art. Puis, il intègrera de lui même l atelier du Perugin qui influencera profondément le jeune artiste. Âge de 21 ans, il quitte Perouse pour Florence. Raphaël va ainsi bénéficier de l influence de Michel Ange et de Leonard de Vinci qui vont achever sa formation. Il est cité en qualité de « magister » pour la réalisation du retable le « Couronnement du bienheureux Nicolas de Tolentino ». Raphaël n est ainsi plus disciple d un autre maître, mais maître lui même. Cela lui confère le droit d avoir un atelier, des aides et des élèves. C est ainsi qu il reprend l atelier de son père à Urbino. Dans l atelier de Raphaël, la conception, l invention, la copie, la reproduction, la répétition et la traduction des dessins, peintures et gravures étaient inséparables. Dans son atelier, Raphaël imposait une discipline d exécution si rigoureuse qu il est impossible de distinguer entre les différentes mains, y compris la sienne . Après sa mort, les académies se sont mises en place et ont cherché à codifier sa pratique.

Toutes les conférences du cycle : Cycle  Atelier d'artistes en Italie XIV et XV siècles

Salle conference IND

91 rue Montplaisir,
26000 Valence

Plus d'infos…